Madagascar launch NAP to adapt to the effects of climate change

Antananarivo, 17 March 2015 – The Government of Madagascar have launched a new National Adaptation Plan (NAP) initiative to assist policy makers to develop strategic national planning to respond, prepare and adapt to the effects of climate change. The Government launched the NAP at a Training Workhop that took place between 11 - 13 March 2015 and was supported by UNDP. 

[Version française est en dessous: Please scroll down the page for French version] 

This came at a critical time, as Madagascar has been hit by tropical storms and heavy rains throughout early 2015, which have affected more than 93,000 people. Over 4,800 homes and critical infrastructure have been wiped out. The capital Antananarivo has been the most greatly affected, with 35,000 people forced to leave their homes. 

"Adaptation to climate change is a matter of survival. We feel that the devastating recent floods are due to environmental hazards, and the adverse effects of climate change. Madagascar has not witnessed floods on this scale since 1958. Therefore, the Government is initiating a National Adaptation Plan which will help us adapt and prepare,” said Marcellin Rapeantondro, Secretary General of the Ministry of Environment, Ecology, Sea and Forestry.

The National Adaptation Plan (NAP) launch ceremony and a subsequent workshop were attended by 80 senior policy makers and government officials, to advance the NAP process. 

This will support Madagascar to plan strategically to prepare for the long-term effects of climate change. Representatives of key sectoral ministries, technical and financial partners and civil society also attended the event which was organized with the support of United Nations Development Programme (UNDP). The launch and the workshop represented key opportunities to plan and develop sectoral processes to advance climate change adaptation planning and budgeting in the medium and long term. Workshop sessions also facilitated stakeholder dialogue to determine the appropriate institutional arrangements for the implementation of the NAP process. An important objective is to engage political decision makers and policy makers at the very start of the NAP process in Madagascar.

"The NAP will support Madagascar to integrate disaster risk reduction and management, with climate change adaptation processes - which will help the country better manage climate scenarios and disasters of tomorrow," said Jonas Mfouatie, UNDP Deputy Resident Representative.

The NAP workshop was organized in cooperation with the National Adaptation Plan Global Support Programme (NAP-GSP) jointly coordinated by UNDP and the United Nations Environment Programme. NAP training modules jointly developed by GIZ, UNDP and UNITAR were utilized to support the training within the framework of the LEG Guidelines. The country mission was financially supported by the LDCF funded NAP GSP as well as GIZ.

NAP-GSP supports Least Developed Countries (LDCs) to advance their NAP process, through the support of the Least Developed Countries Fund (LDCF) of the Global Environment Facility (The GEF). Program partners include the World Health Organization (WHO), UN Food and Agriculture Organisation (FAO), the International Fund for Agricultural Development (IFAD), the UN Office for Disaster Risk Reduction (UNISDR) the UN Institute for Training and Research (UNITAR), the UN Framework Convention on Climate Change (UNFCCC), the Global Water Partnership (GWP) and Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ).

UNDP has also responded to a request from the Government of Madagascar in October 2014 by providing technical and strategic support in the development of a key project for Madagascar that will be submitted to the LDCF. The project will advance climate information systems, supporting the integration of climate change adaptation for climate-resilient development.


 

Madagascar: l’intégration de la RCC et de l’ACC à travers le PNA est essentielle pour faire face aux innondations

Antananarive, 17 mars 2015 – Le Gouvernement malgache a lancé sa nouvelle initiative de plan national d’adaptation (PNA) pour aider les décideurs politiques à développer la planification stratégique nationale de réponse, préparation et adaptation aux effets des changements climatiques. 
 
Ce lancement intervient à un moment critique, alors que Madagascar a été touchée par des tempêtes tropicales et de fortes précipitations en ce début d’année 2015. Plus de 93 000 personnes en ont été les victimes. Plus de 4 800 maisons et infrastructures critiques ont été décimées. La capitale a été la plus touchée et plus de 35 000 personnes ont dû quitter leur domicile. 
 
"L’adaptation aux changements climatiques est une question de survie. Nous pensons que les inondations récentes dévastatrices ont des causes environnementales et sont liées aux effets néfastes des changements climatiques. Madagascar n’avait pas fait face à de telles inondations depuis 1958. C’est pour quoi le Gouvernement a initié le plan national d’adaptation en vue de nous adapter et de nous préparer », a déclaré Marcellin Rapeantondro, le Secrétaire Général du Ministère de l’Environnement, de l’Ecologie, de la Mer et des Forêts.
 
La cérémonie de lancement du plan national d’adaptation (PNA) et l’atelier qui l’a précédé ont vu la participation d’une cinquantaine de décideurs politiques et de représentants du gouvernement pour faire avancer le processus PNA.
 
Ceci aidera Madagascar à planifier de manière stratégique sa préparation face aux effets à long terme des changements climatiques. Des représentants des ministères sectoriels clés, des partenaires techniques et financiers et de la société civile ont également assisté à cet événement qui était organisé avec l’appui du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD). Le lancement et l’atelier ont constitué d’importantes opportunités de planifier et développer des processus sectoriels pour faire avancer la planification et la budgétisation de l’adaptation aux changements climatiques sur les moyen et long termes. Les sessions de l’atelier ont également facilité un dialogue des parties prenantes dans le but de déterminer les arrangements institutionnels adéquats pour la mise en œuvre du processus PNA. La mobilisation des décideurs politiques dès l’inauguration du processus PNA à Madagascar constituait un autre objectif majeur de l’atelier. 
 
« Le PNA aidera Madagascar à intégrer la réduction et la gestion des risques de catastrophes aux processus d’adaptation aux changements climatiques – ce qui permettra au pays de mieux gérer les scénarios et les catastrophes climatiques de demain », a déclaré Jonas Mfouatie, Représentant résident adjoint du PNUD. 
L’atelier PNA était organisé en coopération avec le Programme d’appui global aux plans nationaux d’adaptation (PAG-PNA) qui est coordonné de manière conjointe par le PNUD et le Programme des Nations Unies pour l’environnement. Les modules de formation du PNA, développés de manière conjointe par la GIZ, le PNUD et l’UNITAR et en ligne avec les Directives techniques du LEG, ont été utilisés pour la formation. La mission pays a été organisée avec l’appui financier de la GIZ et du PAG-PNA financé par le FPMA.
 
Le PAG-PNA aide les pays les moins avancés (PMA) à faire avancer leur processus PMA, avec l’appui du Fonds pour les PMA (FPMA) du Fonds pour l’environnement mondial (FEM). Les partenaires du programme incluent l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le Fonds international pour le développement agricole (FIDA), le Bureau des Nations Unies pour la réduction des risques de catastrophes (UNISDR), l’Institut des Nations Unies pour la formation et la recherche (UNITAR), la Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), le Partenariat mondial de l’eau (GWP) et la Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ).
Le PNUD a également répondu à la demande d’appui du gouvernement malgache en octobre 2014 pour fournir un appui technique et stratégique en vue du développement d’un important projet qui sera soumis au FPMA. Le projet aidera à faire avancer les systèmes d’information climatique et à intégrer l’adaptation aux changements climatiques pour un développement résilient face aux changements climatiques.