Le Fonds pour l’environnement mondial approuve un financement de 8,9 millions de dollars américain (USD) pour un nouveau projet de résilience côtière au Libéria

Ce projet, soutenu par le PNUD, bénéficie à 80 000 habitants de la zone côtière du Comté de Sinoe, vise à élaborer des moyens de subsistance résilients au climat et à protéger les communautés de l’élévation du niveau de la mer et d’autres menaces dangereuses liées au changement climatique

3 Juin 2020 – Le Fonds pour l’environnement mondial (FEM)  annonce aujourd’hui une nouvelle subvention de 8,9 millions de dollars américain du Fonds pour les pays les moins avancés pour un projet de résilience côtière qui bénéficiera à 80 000 personnes au Libéria et réhabilitera 20 000 hectares d’habitats côtières dégradées.

Mis en œuvre par l’Agence de protection environnementale (EPA) du Libéria et soutenu par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), le projet a une durée de sept ans. Il vise à protéger les communautés côtières vulnérables du Comté de Sinoe contre la montée des eaux, la dégradation des habitats côtiers et d’autres risques liés au changement climatique qui menacent de compromettre les progrès à l’égard des Objectifs de développement durables (ODD) et des cibles définies par l’Accord de Paris.

Ce projet combine des cofinancements et soutiens provenant de multiples sources. L’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) contribuera avec un cofinancement 28 millions de dollars américains, la Banque Mondiale apportera une aide de 15 milliards de dollars, et Conservation International fournira 500 000 dollars de contributions en nature dans le cadre de ses actions continues au Libéria et en Afrique de l’Ouest. Ce projet s’appuie également sur des projets antérieurs et en cours financés par le FEM et par le Fonds vert pour le climat.

« Le changement climatique compromet nos objectifs d’instaurer la paix et la prospérité pour notre population. Conjugué à d’autres actions, ce projet novateur protège les habitants vulnérables des zones côtières contre la montée du niveau des eaux et soutient notre vision internationale visant à mettre fin à la famine et à la pauvreté d’ici 2030 », a déclaré l’honorable Randall Dobayou, Directeur général de l’agence de protection environnementale du Libéria.

Environ 64 % des Libériens vivent sous le seuil de pauvreté, et 1,3 millions d’entre eux vivent dans une pauvreté extrême. L’insécurité alimentaire touche 4 personnes sur 10, et le taux de malnutrition chronique est élevé. Le virus Ebola et la pandémie COVID-19 sont d’autant plus de risques pour les Libériens.

L’économie, bien qu’elle soit en train de repartir, n’est toujours pas en mesure de créer suffisamment d’emplois, particulièrement pour les jeunes. Plus de la moitié des 4 millions de la population libérienne vit à moins de 64 km de la côte, ce qui exerce une importante pression sur les écosystèmes côtiers pour l’obtention de nourriture, de terres, pour l’extraction minière et d’autres ressources. Cette situation a conduit à la perte et à la dégradation des habitats.

« Ce projet vise à un changement transformateur en s’éloignant du modèle « business-as-usual » pour adopter une approche intégrée qui allie interventions écologiques, infrastructure matérielle, approches sensibles au genre, capacité, politique, engagement avec le secteur financier, connaissances et informations et des systèmes de gestion par l’observation », a déclaré Pa Lamin Beyai, directeur de pays du PNUD au Libéria.

En soutenant les moyens de subsistance résilients au climat, l’égalité des genres, le travail adéquat et la croissance économique, ainsi que la consommation et la production responsables telles que décrites dans les ODD, le projet soutient le développement des entreprises et les programmes de formation pour 70 000 bénéficiaires, avec des approches ciblées pour les femmes et la jeunesse. Ce projet concerne également 30 000 bénéficiaires qui bénéficieront de systèmes agricoles intégrés, de pêche et de « blocs de terre » stabilisés compressés et de leurs chaînes de valeur.

Ce projet renforce la résilience côtière face aux tempêtes, à l’érosion et aux risques d’inondation, tout en soutenant une série de services écosystémiques qui améliore la sécurité des moyens de subsistance et l’adaptation au changement climatique dans son ensemble.  Ces aides profiteront à d’autres comtés côtiers du pays en matière de gestion des risques pour la défense des mers et rivières, de même que de soutien aux perspectives de moyens de subsistance liées à l’adaptation au climat.

Notes aux éditeurs

 

À propos du PNUD

Le PNUD collabore avec des personnes à tous les niveaux de la société, pour aider à construire des nations capables de supporter les crises, afin de mener à bien une croissance améliorant la qualité de vie de chacun. Présents sur le terrain dans près de 170 pays et territoires, nous offrons une perspective mondiale et une vision locale pour aider à améliorer les vies des populations et construire des nations résilientes. www.undp.org

À propos du FEM

Le Fonds pour l’environnement mondial (FEM) a été créé en 1992, à la veille du Sommet de la Terre à Rio, afin d’aider à faire face aux problèmes environnementaux les plus préoccupants de la planète. Depuis lors, le FEM a délivré près de 20,5 milliards de dollars en subventions, et a permis de financer 112 milliards de dollars supplémentaires d’aide de cofinancement de plus de 4 800 projets dans 170 pays. Grâce à son Programme de petites subventions, le FEM a soutenu près de 24 000 initiatives de la société civile et des communautés dans 133 pays.

Last Updated: 9 Jun 2020