Fonds vert pour le climat investit 23,1 millions de dollars pour renforcer la résilience climatique des communautés de bergers mongols

Projet soutenu par le PNUD au bénéfice de près d'un million de personnes vulnérables dans un pays où le changement climatique menace les ressources naturelles et les écosystèmes fragiles 

Songdo, 10 novembre 2020 - Lors de la 27e réunion de son conseil d'administration, Fonds vert pour le climat (FVC) a approuvé aujourd'hui une nouvelle subvention de 23,1 millions de dollars US pour renforcer la résilience climatique des communautés de bergers en Mongolie. Environ 26 000 ménages (130 000 personnes), vivant dans quatre des aïmags (provinces) occidentales et orientales les plus isolées et les plus vulnérables du pays, devraient en bénéficier, et 160 000 autres ménages (800 000 personnes) devraient en bénéficier indirectement – soit environ un quart de la population nationale de la Mongolie.

Le projet intègre une gestion des ressources naturelles en fonction du climat et des pratiques d'élevage durables, en s'appuyant sur les approches coopératives traditionnelles entre les bergers tout en introduisant des technologies innovantes pour la traçabilité des produits d'élevage issus de l'agriculture durable.

Il permettra d'améliorer la production et l'utilisation des données de pronostic climatique dans la prise de décision, de réhabiliter les terres dégradées et les bassins versants, d'améliorer les pratiques de gestion de l'eau et des pâturages des bergers et de renforcer l'accès des bergers aux marchés pour les produits d'élevage issus de l'agriculture durable. Fondamentalement, elle soutiendra également les transformations politiques nécessaires pour promouvoir des pratiques durables de gestion du bétail et des pâturages.

La Mongolie est soumise à toute une série de catastrophes naturelles, notamment des hivers rigoureux, la sécheresse, la neige et les tempêtes de poussière. Le changement climatique multiplie les défis : au cours de la dernière décennie, l'ampleur et la fréquence de ces catastrophes ont été multipliées par plusieurs, avec des coûts économiques estimés à environ 10-15 millions de dollars par an. Ces catastrophes font payer un lourd tribut au bétail et aux moyens de subsistance des populations rurales.

Les températures élevées, associées à la diminution des précipitations, ont entraîné une tendance à l'assèchement des pâturages et des sources d'eau, ainsi qu'un déplacement des zones naturelles, ce qui a eu un impact sur les ressources naturelles dont dépendent les bergers et le bétail.

COVID-19 a également mis en évidence la vulnérabilité du secteur du bétail aux chocs, les fluctuations de la demande aggravant les problèmes existants et renforçant l'importance d'une reprise verte et d'une croissance résistante.

"Les effets du changement climatique sont une préoccupation majeure en Mongolie, contribuant à la dégradation des terres et à la désertification", a déclaré la ministre de l'environnement et du tourisme, S.E. Mme Sarangerel Davaajantsan. "Avec la subvention du Fonds vert pour le climat qui vient s'ajouter aux 56,2 millions de dollars du gouvernement, ce projet contribuera à un changement de paradigme vers un développement durable plus résistant au climat, en particulier en mettant l'accent sur la réduction des risques de catastrophe".

"Elle aura de multiples avantages, notamment celui de soutenir les moyens de subsistance des familles de bergers vulnérables en leur offrant davantage d'options, mais aussi un meilleur accès aux marchés où ils peuvent vendre leurs produits - un avantage socio-économique important. En même temps, elle apportera également des avantages environnementaux considérables à long terme, notamment des terres réhabilitées plus résistantes et des zones de bassins fluviaux, ainsi qu’une meilleure conservation des ressources en eau tout en renforçant la gestion des catastrophes et la planification du développement pour mieux faire avancer la Mongolie".

Développé sur plusieurs années avec le soutien du Programme des Nations Unies pour le Développement et en étroite consultation avec le gouvernement de Mongolie, les communautés, les partenaires de développement et le monde universitaire, le nouveau projet de 7 ans sera dirigé par le ministère de l'environnement et du tourisme, avec le ministère de l'alimentation, de l'agriculture et de l'industrie légère comme partenaire principal.

Ses principaux objectifs seront notamment les suivants :

- Travailler avec l'Agence nationale de météorologie et de surveillance de l'environnement et l'Agence nationale de gestion des urgences, pour une planification tenant compte des risques climatiques

- Travailler avec les communautés de bergers pour renforcer la coopération sur l'utilisation durable et la gestion des ressources communes en terre et en eau

- Soutenir la réhabilitation des zones dégradées, y compris la reforestation de 2 500 hectares de bassins versants

- Améliorer l'accès à l'eau par la protection des sources naturelles, la construction de nouveaux puits d'eau, la réhabilitation des puits existants et des mesures de collecte de l'eau

- Identifier les partenariats public-privé-communautaire pour les produits d'élevage à source durable et résistants au climat ;

- Et travailler avec le ministère de l'alimentation, de l'agriculture et de l'industrie légère pour améliorer la traçabilité des produits d'élevage provenant de sources durables et résistants au climat.

Le projet mettra également l'accent sur la voix des bergères et des ménages dirigés par des femmes dans la prise de décision, en assurant une représentation égale dans la formation et les activités communautaires, ainsi que l'accès et le contrôle des ressources.

"En tant que partenaire de confiance du gouvernement de Mongolie, le PNUD est heureux de co-exécuter ce projet transformateur intersectoriel qui arrive à un moment critique - un moment où les défis de la réalisation des Objectifs de développement durable (ODD) ont doublé en raison des effets négatifs de COVID-19, en particulier, pour les communautés marginalisées et rurales", a déclaré la représentante résidente du PNUD en Mongolie, Elaine Conkievich.

"Prises ensemble, les interventions contribueront à réduire la volatilité - et donc les pertes dues aux chocs climatiques -, à diversifier les revenus des ménages, à réduire la pression sur les ressources des pâturages et à promouvoir une utilisation responsable et équitable des ressources limitées".

La conception du projet est étroitement liée au Programme d'action national sur le changement climatique de la Mongolie, à la Vision 2050 et aux politiques liées au secteur du bétail, ainsi qu'à ses Contributions Nationales Déterminées dans le cadre de l'Accord de Paris.

Son exécution devrait commencer à la mi-2021. Pour plus d'informations, veuillez consulter la page du projet https://www.adaptation-undp.org/projects/improving-adaptive-capacity-and-risk-management-rural-communities-mongolia-0

Contacts

Erdenesukh Otgonbayar | Chargé de communication, PNUD en Mongolie | Ph. +976-11-327585 (ext-1133) | +976-9909 6434 | E. erdenesukh.otgonbayar@undp.org

Bunchingiv Bazartseren | Chef d'équipe environnement, PNUD Mongolie | E. bunchingiv.bazartseren@undp.org

Mariana Simões | Spécialiste technique régionale, Adaptation au changement climatique, PNUD | mariana.simoes@undp.org

À propos du Programme des Nations unies pour le développement

Le PNUD est la principale organisation des Nations unies qui lutte pour mettre fin à l'injustice de la pauvreté, de l'inégalité et du changement climatique. En collaboration avec notre vaste réseau d'experts et de partenaires dans 170 pays, nous aidons les nations à construire des solutions intégrées et durables pour les populations et la planète. www.undp.org

À propos du Fonds vert pour le climat

Le Fonds vert pour le climat (FVC), le plus grand fonds mondial dédié au financement du climat, aide les pays en développement à réduire leurs émissions de carbone et à renforcer leur résilience au changement climatique. Créé par la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) en 2010, le FVC est une entité opérationnelle du mécanisme financier de la CCNUCC qui sert également l'accord de Paris. Le FVC dirige le financement climatique là où il est le plus nécessaire : dans les pays les moins avancés, les petits États insulaires en développement et les États africains.

Provinces ciblées

Notes complémentaires aux rédacteurs

Le PNUD travaille avec le gouvernement de Mongolie sur une série d'initiatives liées au changement climatique, notamment en accélérant les efforts pour mettre en œuvre sa contribution nationale déterminée ( CND) dans le cadre de l'accord mondial de Paris, et, dans le cadre du programme de soutien aux CND et de la "promesse climatique", en aidant la Mongolie à élaborer une stratégie de mise en œuvre des CND et à mettre en place une coopération sud-sud sur les CND avec d'autres pays d'Asie centrale.

L'économie de la Mongolie dépend fortement des secteurs de l'agriculture et de l'élevage, avec une forte dépendance aux ressources naturelles. L'élevage représente 90 % du secteur agricole et se taille la part du lion dans les économies provinciales (environ 85 %).

Les ménages de bergers sont particulièrement vulnérables aux effets du changement climatique. Les objectifs du projet sont ciblés sur les régions reculées de l'Ouest et de l'Est, qui ont toujours été parmi les plus vulnérables au changement climatique.

Au cours des 70 dernières années, la température annuelle moyenne de l'air en Mongolie a augmenté de 2,1 °C.  Les précipitations annuelles et estivales ont diminué et devraient continuer à diminuer, tandis que les chutes de neige hivernales ont tendance à augmenter. Les précipitations annuelles moyennes (dont 90 % tombent sous forme de pluie d'avril à septembre) ont diminué de 10 % au cours des 70 dernières années, ce qui se traduit par une aridité globalement plus élevée, en particulier en été. Des sécheresses estivales plus fréquentes suivies de chutes de neige hivernales croissantes contribuent à des dzuds plus extrêmes entraînant des pertes de bétail élevées.

Les modèles de circulation générale prévoient que la Mongolie sera plus chaude de 2,56°C et 5,16°C d'ici 2050 et 2090 respectivement. Des études suggèrent en outre que pour l'Asie de l'Est, d'ici la fin du siècle, les précipitations quotidiennes maximales de 1 sur 20 ans deviendront probablement des événements de 1 sur 4 ans à 1 sur 15 ans, et que le jour le plus chaud de 1 sur 20 ans deviendra probablement un événement de 1 sur 2 ans ou annuel (référence GIEC).

Les besoins d'adaptation devraient augmenter considérablement à mesure que les effets du changement climatique s'intensifieront.

For Further Details:

Erdenesukh Otgonbayar | Communications Officer, UNDP in Mongolia | Ph. +976-11-327585 (ext-1133) | +976-9909 6434 | E. erdenesukh.otgonbayar@undp.org

Bunchingiv Bazartseren | Environment Team Leader, UNDP Mongolia | E. bunchingiv.bazartseren@undp.org

Mariana Simões | Regional Technical Specialist, Climate Change Adaptation, UNDP | mariana.simoes@undp.org

Last Updated: 10 Nov 2020